Tout est juste et rien n’est juste

Avant le combat, Sergey Kovalev a porté un bonnet à la conférence de presse finale avec le mot « WAR » blasonné sur le devant. Malheureusement pour lui, il ne semblait pas comprendre la signification complète du mot la nuit suivante dans l’enceinte avec Andre Ward.

Comme cela a bien été commenté partout ces derniers jours, officiellement, Ward (32-0, 16 KOs) a conservé ses titres avec une victoire au 8ème round par TKO sur Kovalev (30-2-1, 26 KOs). Malheureusement, les discussions ont été axées plus sur les coups bas, l’impardonnable ineptie de l’arbitre et l’arrêt rapide que sur la performance des deux boxeurs.

Ward sait que dans la boxe, tout ce qui compte c’est de gagner, et que, une fois dans l’enceinte, il n’y a pas de règles d’engagement réelles. Tout peut se passer, sauf indication contraire. Par l’arbitre. Cette nuit, il a combattu différemment qu’auparavant. Les ajustements qu’il a faits dans son jeu étaient de rester bas, de passer à droite et de continuer à cibler le corps de Kovalev en frappant le plus bas possible, et de commencer à le faire tôt dans le combat, jusqu’à ce que le moment d’aller en haut viendra. Vu sous un angle différent, on dira qu’en effet ce n’est pas le travail de Ward de ne pas jeter des coups bas.

Ce n’est pas le travail de Ward de ne pas jeter des coups de poing en dessous de la ceinture, de s’accrocher et de frapper en même temps. Jusqu’à preuve du contraire, c’est le travail de l’arbitre de faire respecter les règles. Ward avait décidé qu’il allait gagner ce combat à tout prix. Comme il semblait s’éloigner sur les cartes, notamment au 6ème et 7ème round, il a gardé son calme, son plan puis, lorsque l’ouverture s’est présentée (après un coups apparemment bas), il a accéléré la cadence.

Et la belle droite qui avait été mise en place grâce à ses coups bas, elle a séparé Kovalev de ses sens mais personne n’en parle. Ward l’a aussitôt vu et a sauté sur l’occasion. Quand il a coincé son adversaire, il a lancé trois autres coups bas. Ces tirs n’ont même pas été calculés. Ward s’est précipité et a laissé ses mains y aller. À ce stade, il avait d’abord compris que Kovalev était fatigué et blessé, l’endroit où ses coups de poing devaient atterrir n’avait pas d’importance pour lui.

Kathy Duva, la promotrice de Kovalev qui ne décolère pas, a déclaré lors de la conférence:

« J’ai encore du mal à traiter ce que je viens de constater. J’ai vu quelqu’un qui aurait dû être disqualifié et ça n’a pas été fait. J’étais juste derrière et si vous étiez à ma place, vous auriez vu l’arrière-train de Kovalev se soulever à chaque coup, une, deux, trois fois. Je n’ai jamais vu quelqu’un arrêter un autre avec des coups pareils jusqu’à ce soir. »

Kathy-Duva

S’ils étaient vrais, la victoire était de la manière la plus choquante. Si les coups étaient vraiment bas, Ward pourrait, au pire, être grondé et Kovalev a déjà eu le temps de lécher ses blessures. Ce qui importe, c’est que Ward était décidé à gagner, et il savait que ce n’était pas le moment d’être prudent avec ses coups. Le résultat n’aurait pas pu être plus glorieux.

Tony Weeks a fait bien pire que ce que Ward aurait pu imaginer. Il n’est pas intervenu durant tout le combat, sauf une fois au début, pour l’avertir de ses coups bas. Il n’a pas voulu considérer un KO en commençant le compte de dix, alors que Kovalev était retenu par les cordes. Non, Weeks est simplement entré entre eux et a fait signe que c’était terminé. A plusieurs reprises, Ward n’avait pas tenu compte des règles de la boxe et il a été récompensé.

kovalev

Dans la boxe, les déductions ponctuelles pour tout autre chose que les coups bas sont rarement appliquées, mais les coups bas ont tendance à attirer l’attention. Par conséquent, c’était une surprise que, pour un combat de cette ampleur, seul un simple doigt symbolique en guise d’avertissement ait été donné par Tony Weeks lors du 1er coup bas de Ward au 2ème round. Et plus on avançait dans la lutte, plus les coups bas se multipliaient.

Pendant ce temps, Kovalev et son équipe n’étaient pas préparés pour cette stratégie, et aucun ajustement ne semblait avoir été fait. Ils ont dû estimer qu’ils avaient fait assez pour gagner le premier combat, et il semblait que le plan pour la revanche était de faire un peu plus que la même chose. Peut-être ont-ils estimé qu’en cas de guerre frontale le plan de Ward échouerait et que la possibilité qu’il puisse jeter des coups bas était limitée car ça ruinerait ses meilleures chances de victoire si l’arbitre lui retirait des points. L’équipe de Kovalev a dû trouver un moyen pour nier l’entrainement de Ward en le mettant aux oubliettes. Mais l’homme connu sous le nom de « Krusher » (le broyeur), qui avait montré une telle acrimonie à l’extérieur de l’enceinte s’est fait piéger comme un écolier une fois qu’il est entré entre les cordes.

notation-ward-kovalev-2

Bien qu’il ait déclaré qu’il s’était fatigué lors du premier combat, étonnamment, Kovalev a plutôt augmenté sa production de tirs, en jetant près de 11 coups de plus par tour (51 contre 40 lors du premier combat). Il a débarqué cette fois à volonté sur Ward au 6ème et 7ème rounds complets, avec un score global de 83-70 après sept tours. Cela a peut-être épuisé Kovalev encore plus qu’il ne l’avait été dans son combat de novembre. Ce que cela signifie, c’est que Kovalev se dirigeait vers la victoire d’une manière ou d’une autre.

Qui sera le suivant pour Ward? Probablement un combat de haut niveau avec Adonis Stevenson ou Tony Bellew. Ward a intérêt à oublier Anthony Joshua, à moins que son entraîneur ne veuille le jeter avec lui pour se faire massacrer. Quant à Kovalev, il doit retourner à la planche à dessin, et probablement un éliminatoire pour se préparer à un autre combat pour une ceinture. Mais son temps au sommet pourrait être terminé. Si c’est le cas, c’était amusant et de haut niveau.


Catégories :Actualité

1 réponse

  1. C’est la boxe, c’est la vie!
    Avec tous les enjeux qu’il y a derrière, un russe a zéro chance; c’est pour ça que les grands boxeurs russes réchignent à aller aux etats unis; Povetkin, a raison de boxer en russie et c’est tout. S’il va aux USA il perdra.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s