Tyson Fury vs Deontay Wilder II – Point de vue

Publié par

Avec la date fixée et les deux combattants dans leurs camps d’entraînement respectifs, et toutes les roues promotionnelles en mouvement pour ce qui est présenté comme le plus grand combat pour le titre des poids lourds de l’histoire du sport, Wilder vs Fury II est donc en marche.

Le match revanche a pris beaucoup plus de temps que prévu, avec les deux combattants empruntant leur propre chemin, en particulier l’instable Fury. Mais à présent, le 22 février est écrit dans le marbre, à moins que la blessure de Fury ne s’ouvre durant le camp d’entraînement. Ce qui est fort possible.

Le premier combat a été mémorable, excitant et extraordinaire. Le match revanche ne devrait pas être différent. À ce jour, je n’arrive toujours pas à croire comment Fury a réussi à se relever de la toile lors du tour final, après avoir été martelé par la combinaison de deux coups de poing de Wilder.

Il a été demandé à Fury ce qui s’est passé dans son esprit et d’où il a puisé la force, la volonté et les tripes pour pouvoir se relever après avoir été si fortement abattu, à froid. Fury a répondu: « Je ne sais vraiment pas. Dieu m’a aidé à me relever. » On pensait jusque-là qu’il n’y avait que trois personnes dans le ring avec l’arbitre, pas quatre.

A LIRE : Où on est-on avec Deontay Wilder et Tyson Fury ?

Les fans de boxe moins jeunes se souviennent probablement du combat entre Bruce Seldon et Jose Ribalta en janvier 1991. Le son de la cloche d’ouverture au premier tour n’avait pas encore fini de retentir que Ribalta abat Seldon avec un coup monstrueux à la tête. Tout le monde pensait que Seldon était endormi, fini, voire mort. Pendant que l’arbitre, agenouillé lui donnait le compte, à la surprise générale, Seldon s’est relevé en sautant d’un bon sur ses pieds et a fait ce qu’il avait à faire: poursuivre et pilonner Ribalta jusqu’à l’arrêter. Il y a des combattants comme ça qui reviennent de l’enfer beaucoup plus déterminés qu’avant en donnant tout ce qu’ils ont, comme s’ils n’avaient plus rien à perdre.



Pour moi, Tyson Fury [29-0-1] a toujours été une énigme dans la boxe, un showman, un artiste, un clown mais un combattant né. Si vous regardez son record depuis qu’il est devenu professionnel en 2008, c’était décevant jusqu’à ce qu’il atteigne l’année 2015, l’année Klitschko. Fury a pris la lutte, s’est rendu en Allemagne en sifflotant et a malmené le champion durant 12 rounds de façon complètement désordonnés et brouillonne, pour lui prendre ses ceintures et se mettre en place pour la vie en tant que champion du monde.

A partir de là, Fury a ensuite tourné le dos à la boxe et s’est engagé dans une voie d’autodestruction, luttant contre l’abus de substances et d’alcool. De graves problèmes de santé mentale, probablement à l’origine de sa dégradation sportive, l’ont également empêché de boxer pendant plus de 30 mois. Mais Fury a manifestement été bien entouré et a pu changer sa vie avec l’aide de sa famille et de ses amis, ainsi qu’avec l’aide et la compagnie d’un entraîneur inconnu, Ben Davison.

A LIRE : Tyson Fury affirme qu’il va éliminer Deontay Wilder le 22 février

Pour son retour dans le ring, l’opposition à laquelle Fury a été confronté était un groupe de combattants inscrits dans des clubs triés sur le volet et comme prévu, Fury les a légèrement surclassés. C’était assez embarrassant à regarder.

Lorsque le combat Wilder a été discuté et finalement annoncé, beaucoup de gens s’attendaient à ce que le champion WBC pénètre dans le ring et fasse exploser Fury. Je pensais que Wilder finirait par attraper Fury à peu près au 8ème tour, mais je savais aussi que Fury ne serait pas facile à toucher car il était évasif, brouillon, maladroit et pouvait passer de droitier à gaucher de manière quasi transparente. Je m’attendais à ce que Wilder lui fasse mal et suffisamment pour le finir. Nous avons tous vu ce qui s’était passé. Fury s’est fait attrapé à deux reprises par Wilder et a été renversé. Mais Wilder n’a pas eu assez dans le réservoir, et les deux combattants ont dû se contenter d’un match nul.

À partir de là, Fury a signé avec Top Rank et en juin 2019, il a combattu un poids lourd inconnu, Tom Schwarz. Les deux se sont affrontés au MGM Grand à Las Vegas. Fury a joué avec l’Allemand comme s’il s’agissait de deux copains à qui l’un expliquait à l’autre comment pratiquer la boxe, en le giflant durant 12 rounds complets, lui cassant le nez et finissant la soirée avec un TKO et une chanson à la con depuis le ring pour faire plaisir à la foule.

Trois mois plus tard, il était de retour à Vegas, avec un autre combattant relativement inconnu, un boxeur gaucher, le Suédois Otto «all in» Wallin.

A LIRE : Luis Ortiz prédit un KO de Deontay sur Tyson Fury le 22 février

Wallin était un concurrent marginal qui n’a combattu qu’une seule fois aux Etats Unis avant son combat contre Fury. Mais le Suédois a bien fait comprendre qu’il était venu pour se battre et gagner. Durant la pesée, Fury est arrivé avec un masque de catch mexicain, grognant et gonflant sa poitrine, tandis que face à lui, Wallin, pas du tout impressionné, lui répétait: « Je vais te démolir. »

Dans le combat, il s’est avéré que Wallin était vraiment prêt pour Fury, en prenant le combat contre le «roi gitan» aussi longtemps qu’il le pouvait avant d’être submergé par la taille, le cœur et les compétences générales de boxe de Fury. Wallin a mené le combat de sa carrière, frappant et coupant Fury au 3ème round avec un énorme crochet au niveau de l’oeil droit, mais il n’a pas pu capitaliser sur la coupe qui a pourtant nécessité pas moins de 47 points de suture après 12 rounds de boxe. Depuis ce temps, Wallin est dans le gymnase, et on parle de lui et de Dillian Whyte pour mars de cette année. Fury a fait les tournées publicitaires, se vendant comme le champion du monde des poids lourds Lineal, [qui n’est qu’un outil d’auto-promotion et, pour l’instant, ne devrait pas être pris au sérieux car beaucoup d’eau est passée sous ce pont depuis qu’il a battu Klitschko.] Ensuite, on a eu droit à un curieux passage à la WWE, qui était embarrassant, suivi d’une autobiographie et une chanson pop de Noël avec Robbie Williams. C’est Fury. Il est comme ça.

La chose la plus pertinente qui s’est produite dans la vie professionnelle de Fury est la rupture avec son entraîneur, Ben Davison. Fury doit être bien géré pour rester ancré, concentré et stable. Sinon il part dans tous les sens. On a beaucoup dit que Davison était un entraîneur de perte de poids, et pas tellement un entraîneur de boxe, ce que vous pourriez dire comme étant un peu vrai, mais les faits sont que Davison a clairement aidé Fury à revenir au bon endroit dans la boxe après son épisode dépressif, en étant là pour lui 24h/24 quand il avait besoin de quelqu’un ou de quelque chose en quoi croire.

A LIRE : Deontay Wilder rejoint Ali avec ses 10 défenses consécutives, même si la comparaison s’arrête là

À deux mois du plus grand combat de sa carrière, Fury a engagé Sugarhill Steward et le talentueux Andy Lee. Il s’entraînera hors du nouveau gymnase Kronk et sera entouré de boxeurs de la vieille école comme Milton McCrory et du cousin de Fury, Andy Lee. Sugar Hill a déjà été avec eux dans le gymnase Kronk, aux côtés du légendaire entraîneur Emanuel Steward [SugarHill est le neveu d’Emanuel Stewart] dans leur nouvelle salle à Détroit. Le gymnase Kronk a toujours eu la réputation d’être un endroit où les boxeurs s’entraînent dur et à l’ancienne. L’état d’esprit des boxeurs de cette salle n’était rien d’autre que d’être prêt au combat, d’y aller pour assommer leurs adversaires et de rentrer ensuite chez eux se coucher. Cette décision doit être probablement une tactique psychologique de la part de la Team Fury, car à ce stade de sa carrière, que pouvez-vous lui apprendre? Fury est un combattant, issu d’une famille de boxeurs gitans, et il a boxé toute sa vie.

Une brève explication a été donnée par Fury concernant sa séparation avec Davison, comme quoi qu’il était un peu rassis et qu’il avait besoin de changement, d’un autre coup de fouet. Gennady Golovkin a également fait appel à un autre entraîneur au gymnase Kronk, Jonathan Banks, après s’être séparé d’Abel Sanchez. Il s’y est rendu pour essayer de stimuler et améliorer ce que GGG possédait déjà, et il faut reconnaître que Banks ne pouvait pas changer grand-chose pour améliorer son style de combat. Quant à Fury, seul le temps nous dira si le fait de se séparer de Davison était la bonne décision à prendre.

Deontay Wilder [42-0-1, 41 KOs] est une bête d’homme. Un monstre de la nature et il est le frappeur poids lourd le plus rapide et le plus dur de cette époque. D’autres poids lourds ont été mentionnés en parlant de la puissance de frappe de Wilder, George Foreman, Earnie Shavers, Mike Tyson, entre autres. Wilder est donc définitivement en bonne compagnie. Tous étaient de gros hommes, pas Wilder. Il est difficile d’imaginer la puissance qu’il génère à partir de son corps long et maigre, en profitant de sa rapidité, ce qui rend ses coups quasi invisibles. Il est tellement dévastateur que lorsqu’il frappe quelqu’un proprement, son corps s’effondre d’un coup, comme un cheval qu’on abat à bout portant. Seul Fury a réussi à survivre.

Ce qui rend aussi Wilder si excitant, c’est sa vulnérabilité lorsqu’il est touché. Wilder est un boxeur extrêmement fragile. Il a souvent été vacillé et quand il est bourdonné, il a du mal à s’accrocher à son adversaire le temps de se vider la tête au lieu de tituber autour du ring. Il peut échanger tout en essayant de trouver la bonne portée et quand il se rapproche et touche, c’est bonne nuit Irène. Un manque de concentration, une fraction de vitesse perdue ou une fatigue qui s’installe entraînera chez son adversaire une coupure d’EDF.

Wilder ne peut se battre que dans un sens. Pourquoi le changer? Peut-il le changer? Non. Pour battre Fury, Wilder doit lui retirer de la tête l’idée qu’il va pouvoir le boxer à loisir, comme lors de leur première rencontre. Wilder doit attirer l’attention de Fury dès le début. Il ne peut pas laisser le géant anglais s’installer, faisant tranquillement son combat. Fury sera en train de feinter et de gifler Wilder, poussant vers l’avant en utilisant son avantage de poids de 18 kg. Il faut que Wilder parvienne à casser tout ça.

A LIRE : Andy Lee: « Tyson Fury essayera de mettre KO Deontay Wilder dès qu’il lui fera mal »

Wilder sait qu’il peut attraper Fury et le renverser. Il sait également qu’il lui en restera assez cette fois-ci pour terminer le travail. La clé pour que Wilder gagne et arrête Fury est de se battre intelligemment en établissant son jab, et il doit être occupé à utiliser sa vitesse et terminer chaque manche avec force. S’il blesse le gros gitan, il doit lancer de grosses bombes sur le corps et la tête et être patient. Les tirs qu’il lance parfois sauvagement n’atteindront pas l’habile Fury. Wilder sait qu’il doit changer la donne et qu’il en aura besoin car il ne gagnera pas aux points à Vegas. Aucune chance. Tout le monde veut le voir perdre, assommé, même les médecins autour du ring en crèvent d’envie.

Fury se bat fondamentalement de la même manière à chaque combat. Il sait comment s’y prendre pour rendre ses adversaires tellement mauvais, de les démoraliser et les punir en leur jetant des gifles avec la gauche et la droite en veux-tu en voilà. Fury devrait viser la silhouette de Wilder, en particulier le corps, pour l’épuiser tout en gardant la distance nécessaire pour accumuler des points. Fury a juste besoin d’être prudent, tout en poivrant et en s’éloignant vers la droite. Je pense également que Fury utilisera l’anneau entier car cela conviendra à sa tactique habituelle pour lancer des coups de bâton et s’éloigner aussitôt. Wilder aura évidemment son mot à dire dans tout ça, et il devrait viser l’œil droit de Fury avec le jab et les crochets gauches, pour voir à la fois comment les 47 points de suture se maintiennent et décider quand ouvrir le feu.

A LIRE : Teddy Atlas: « Deontay Wilder peut s’améliorer plus que Tyson Fury »


 

6 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s