Julian Jackson / Gerald McClellan: parcours croisés de deux des plus durs cogneurs que la boxe ait connus

Publié par

Un vieil adage de boxe dit que les cogneurs sont nés, pas fabriqués au gymnase. C’était certainement le cas d’un gars du nom de Julian Jackson, l’un des cogneur les plus durs de l’histoire de la boxe moderne.

Au cours de sa carrière exceptionnelle, Jackson a remporté des titres mondiaux chez les poids moyens, détenant d’abord la ceinture WBA des super-welters avant de passer au poids moyen, où sa puissance était tout aussi dévastatrice. Il a remporté la couronne WBC des poids moyens à deux reprises.

« C’est quelque chose avec lequel vous êtes né », a déclaré Jackson à RingTV.com, racontant quand il a compris la première fois qu’il avait un pouvoir de frappe de fin de combat. «Je me souviens en tant qu’amateur, la première fois que j’ai lancé un coup de poing, c’était contre un professionnel et je l’ai renversé. J’avais environ 17 ou 18 ans. Je l’ai attrapé avec une main droite. C’était la première fois que je réalisais que j’avais un pouvoir naturel pour renverser les gens. »

«J’ai toujours eu cette puissance dans le sac. J’ai senti cette puissance et mon entraîneur a dit que je n’avais pas besoin d’essayer de frapper fort, que tout ce que je devais faire était de me contenter de jeter des coups, parce que ma capacité naturelle à frapper fort se déclenchait toute seule. Je m’en suis rendu compte par hasard. J’ai alors vraiment découvert que j’avais cette capacité de coup de poing beaucoup plus importante que beaucoup d’amateurs avec qui j’ai grandi et avec lesquels je me suis entraîné. »

Jackson a remporté ses 29 premiers combats professionnels, avec seulement deux adversaires entendant la cloche finale, avant de défier Mike McCallum, encore invaincu sur 26 combats, pour la couronne WBA des super-welters. Bien que Jackson ait blessé McCallum lors de la première manche de leur confrontation d’août 1986, c’est le tir de son compatriote qui a atterri en premier, arrêtant Jackson au tour suivant.

Lorsque McCallum a quitté le titre, « The Hawk » est entré en jeu et l’a remporté, arrêtant le sensationnel In Chul Baek en trois rounds en novembre 87. La puissance tant vantée de Jackson était encore évidente lors de ses trois défenses de titre, qui se sont toutes terminées par de violentes victoires à élimination directe contre l’ancien monarque de l’IBF, Buster Drayton, le dur brésilien Francisco De Jesus, et le futur quadruple champion des poids moyens juniors, le sensationnel Terry Norris.

N’ayant plus rien à prouver chez les super-welters, Jackson grimpe chez les poids moyens. Cependant, le British Boxing Board of Control a refusé de sanctionner un combat de championnat pour la sangle WBC des poids moyens avec Herol Graham en Grande-Bretagne, en raison des dommages à la rétine que Jackson avait subis. Ce qui l’a empêché de boxer pendant près d’un an. Compte tenu des complications, le combat a fini par avoir lieu dans un hôtel de Benalmadena, en Espagne.

Pendant une grande partie des quatre premiers tours, Graham a donné à Jackson une leçon de boxe. Vous ne pouvez pas appeler ça autrement. Graham était en contrôle total, atterrissant des tirs lourds qui blessaient gravement Jackson, qui perdait chaque tour. Jackson était en retard sur toutes les fiches des juges, et ses yeux se sont mis à gonfler. À la fin du 3ème tour, le médecin du ring a déclaré au coin de Jackson: « Vous n’avez plus qu’un tour ou le combat sera arrêté. » Graham a poursuivi sa domination, contrôlant le début du 4ème round avec de nombreux tirs cruels qui ont mis Jackson dans de sales ennuis. Après avoir coincé son adversaire contre les cordes dans un coin, Graham y allait d’ailleurs pour le KO quand Jackson a balancé une bombe en guise de crochet droit. Graham était froid avant même de frapper la toile. Il est resté allongé pendant un certain temps. Herol Graham était considéré comme le meilleur combattant britannique à n’avoir jamais remporté un titre mondial.

Jackson a de bons souvenirs de son premier combat pour le titre des poids moyens.

« C’est celui-là, oui. De tous mes coups de grâce il a été l’un des plus historiques », a-t-il déclaré. «Le combat était incroyable. Herol était un très bon combattant, rapide aussi; il était un gros poids moyen, plus gros que moi. Il me rattrapait et ne me lâchait plus. »

«Je me suis fait prendre au début du combat, je pense que mon œil droit était enflé, l’arbitre a dit que si je ne fais pas quelque chose, il arrêtera le combat. J’ai changé de position pour pouvoir le voir avec mon œil gauche et j’ai littéralement lancé le crochet droit après avoir changé de position. Graham est revenu aussitôt à la charge en pensant qu’il m’avait eu. J’ai réalisé en même temps que le coup de poing était là car Graham était ouvert. C’est à ce moment-là que j’ai réussi à tirer mon crochet droit et à l’attraper au niveau du menton. J’ai senti que le coup avait fait des dégâts car Graham s’était tout de suite éteint. C’était un coup qui pouvait tuer. »

Jackson a défendu le titre à quatre reprises avant de rencontrer son bourreau, le terrifiant Gerald McClellan, à Las Vegas sur une carte qui mettait également en vedette Lennox Lewis et Julio Cesar Chavez.

Jackson a eu ses moments avant que McClellan ne le bousille et l’arrête dans le cinquième round, mettant fin au combat avec son propre KO incroyablement vicieux.

« Je l’ai frappé durement. Je l’ai attrapé avec quelques coups de poing, en particulier des coups au corps », a déclaré Jackson. «Je n’ai pas eu la chance de vraiment télégraphier mes tirs au menton comme je voulais. J’ai senti qu’il était capable de m’échapper. Il m’empêchait de tirer mes coups de poing à la tête. C’est quelque chose sur quoi ils ont bien travaillé. Ils ont dû décider que si je me faisais frapper par Julian, j’allais probablement me faire assommer. C’est juste que j’ai en effet été frappé et c’est ce qui est arrivé. Ce mec à une puissance de frappe inhumaine. »

Un an plus tard, trois victoires s’ensuivirent pour mettre en place le match revanche lors de l’événement à la carte «Revenge: The Rematches» de Don King. Jackson n’a pas pu rétablir l’équilibre et a été arrêté une nouvelle fois à mi-chemin du premier tour. Le monde de la boxe était sous le choc.

Avec son 34ème anniversaire qu’il allait bientôt fêter, les meilleurs jours de Jackson semblaient être derrière lui. Cependant, selon un autre adage de boxe, la dernière chose qu’un combattant perd est son pouvoir de frappe.

Lorsque McClellan a quitté le titre pour grimper chez les super-moyens, Jackson a été confronté à Agostino Cardamone pour le titre vacant en mars 1995.

Jackson a eu la chance et le temps de récupérer après avoir été gravement blessé dans la strophe d’ouverture, pour revenir démolir l’invaincu Italien de la manière la plus typique, en cognant fortement Cardamone pour forcer l’arbitre à interrompre l’action au deuxième tour.

Bien que Jackson ait perdu le titre cinq mois plus tard contre Quincy Taylor, il a continué à se battre, mais a subi des arrêts successifs lors de ses deux derniers combats, contre Verno Phillips et Anthony Jones. C’est cette année-là, un mois après ce dernier combat, que Jackson arrêta la boxe définitivement.

Après 18 ans en tant que pro, Jackson a décidé de se retirer sur une note de 55-6 dont 49 avant la limite.

En 2003, Jackson a été élu 25ème des «100 plus grands cogneurs de tous les temps» par le magazine THE RING.

Malgré des victoires impressionnantes contre Norris et Graham, Jackson sent que sa meilleure soirée en tant que boxeur a été au printemps 1987 contre Milton Leaks.

« C’était mon premier affrontement significatif, après le combat pour le championnat contre Mike McCallum », a-t-il déclaré avec son accent caribéen. «Je devais bien paraître après avoir perdu contre Mike et croyez-moi, c’était un de ces combats que vous n’oublierez jamais. »

«Il m’a d’abord renversé. Je me relève, plus énervé que sonné. Puis je le renverse à mon tour, avant de finalement l’éliminer au 10ème tour. Quelqu’un a dit que pour ce combat-là le vainqueur deviendrait champion, et je suis devenu triple champion du monde. »

Le résident de Virgin Island est satisfait de ses réalisations, mais il a l’impression d’avoir raté quelque chose, un super-combat.

« La seule chose que je pense n’avoir pas réalisé dans ma carrière de boxe est justement un méga combat qui, je crois, aurait rendu ma carrière plus exceptionnelle. »

Comme la plupart des combattants de sa génération, il avait envie d’un combat avec Sugar Ray Leonard.

« L’une des raisons, c’est qu’il a dit qu’il combattrait le vainqueur du combat entre Terry Norris et moi, et qu’il a choisi le perdant, Terry », a déclaré Jackson. « On n’avait pas trop compris. »

Aujourd’hui, Jackson, 60 ans, travaille pour le gouvernement des îles Vierges comme coordinateur sportif en boxe. Il forme également ses deux fils, Julius et John, ainsi que son neveu, Samuel Rogers, tous professionnels.

La retraite semble lui allait à merveille: «J’aime ma retraite parce que j’aime mon pays, ma famille et ma nouvelle carrière d’entraîneur.»

Récemment, Jackson a pris le temps de parler avec RingTV.com des meilleurs gars qu’il a combattus.

Mike-McCallum_320

Meilleures compétences : Mike McCallum. « Il était très aguerri. À cette époque, il était le boxeur le plus expérimenté que j’aie jamais rencontré. Il était déjà champion. Je sentais qu’il était aussi très technique. Il avait tous les outils en tant que boxeur mais je sentais que j’avais le pouvoir de l’assommer. Il s’est avéré que c’était le contraire. »

Meilleur coup: Mike McCallum. « Quand je regarde en arrière, je dirais que Mike McCallum a probablement eu l’un des meilleurs coups. Il était grand. Sa taille avait beaucoup à voir avec son jab. Je suppose que son timing et son expérience, tout cela a joué dans ce scénario. »

Meilleure défense: Gerald McClellan. « Lors de mon premier combat avec Gerald McClellan, je n’ai pas pu le frapper comme je le voulais vraiment. J’arrivais jusqu’à lui mais d’une manière ou d’une autre mes coups de poing n’étaient pas assez propres. Il était toujours capable de se défendre et de bouger. Sa défense était assez solide et au lieu de le mettre KO, ce que je pensais vraiment que j’allais faire, je me suis fait prendre et c’est moi qui avais été éliminé. »

Meilleur menton: Thomas Tate. « Je ne peux pas dire que c’était Mike McCallum ou Gerald McClellan. J’ai combattu ce type à Las Vegas, Thomas Tate. En fait, je me souviens de l’arbitre, Richard Steele, je l’ai littéralement entendu dire au gars de bouger parce qu’il semblait qu’il abandonnait. Je n’ai pas pu mettre fin au combat et il a pu survivre bien que je l’ai renversé. Il s’est relevé et nous avons parcouru la distance. »

« Il y avait aussi un gars que j’ai combattu dans un endroit très froid mais je ne me souviens pas de son nom. Je ne sais pas si le combat a été enregistré mais je me souviens avoir combattu ce type blanc, que je frappais avec des crochets et des barres de fer mais il ne descendait pas. »

Photo de Holly Stein / Getty Images

Meilleur cogneur: Gerald McClellan. « Certainement Gerald McClellan. C’était un frappeur naturel comme moi. Je le savais et il le savait. J’ai dit que celui qui serait frappé en premier allait tomber et je suppose que j’étais celui qui avait été frappé en premier (rires). »

Mains les plus rapides: Terry Norris. « Terry Norris était rapide par nature. Harold Graham était rapide aussi, mais Terry Norris avait un don. C’était incroyable. Il donne l’impression qu’il va lancer un coup et la prochaine chose que vous apprenez est qu’il vous a fusillé avec deux ou trois coups. Sa vitesse de la main pour moi était la meilleure. Mon timing a été la clé pour faire face à sa vitesse. Je n’étais pas aussi rapide. J’étais rapide, mais loin d’être aussi rapide que lui. C’est mon timing qui m’a sauvé, en mettant la pression sur lui pour lutter contre cette vitesse incroyable. »

Photo de Ken Levine / Getty Images

Pieds les plus rapides: Norris. « Je crois que la vitesse de la main et du pied est quelque chose qui vient comme un ensemble. Je dirais là aussi Terry Norris. Sa vitesse de la main devait correspondre à la vitesse de son pied et il avait également un très bon jeu de jambes. »

Le plus intelligent: McCallum. « Il savait qu’il était dans un combat risqué à cause de mon pouvoir d’extinction à un coup. Il était intelligent et très prudent, au vu de la façon avec laquelle il se battait et ce qu’il faisait dans le ring pour m’empêcher de le mettre KO. J’ai reçu environ deux ou trois coups bas que l’arbitre n’a pas vus. Vous pourriez dire que ce n’est pas intelligent, c’est sale, mais il a pu m’écarter de mon plan de match à cause de cela. J’étais vraiment contrarié à cause de ça. Un coup bas, ce n’est pas rien. »

Le plus fort: Francisco De Jesus. « J’ai frappé ce gars avec des coups de poing, même si je l’ai arrêté, c’était incroyable la force de ce gamin. Il avait juste du pouvoir et je pouvais sentir sa force brute. Il était plus fort que McClellan ou McCallum pour ce que je ressentais dans ce combat. Vous pouvez être fort, même si McClellan était un frappeur très fort, sa force n’était peut-être pas aussi forte que ce type. Lorsque nous atterrissions, je pouvais littéralement sentir son pouvoir me broyer les os. J’étais sidéré. Je l’avais dit à mon coin pendant le combat. »

Meilleur dans l’ensemble: McClellan. « Je dirais que Gerald McClellan avait un talent énorme, il avait de la vitesse et de la puissance, en particulier de la puissance. Il m’a arrêté deux fois. Il pouvait vraiment boxer et je pense que de façon générale, Gerald McClellan était le meilleur combattant que j’aie jamais affronté dans ma vie de boxeur professionnel. »

Photo de Holly Stein / Getty Images

Dix ans après leur rencontre, en 2003, Ring Magazine a surnommé Jackson et McClellan les 25ème et 27ème meilleurs cogneurs de tous les temps. McClellan a obtenu 29 de ses 31 victoires par KO. Jackson a remporté 49 de ses 55 via des KO.

Face à McClellan, Jackson était arrivé pour la bataille des poids moyens en tant que favori 2-1, un combattant plus âgé, avec des signes de ralentissement par rapport à McClellan qui était moins éprouvé, qui venait d’entrer dans la mi-vingtaine.

Mais McClellan a frappé le premier. Le légendaire Emanuel Steward savait quoi faire avec les cogneurs. Il savait à la fois comment les entraîner et comment les neutraliser. McClellan avait Steward dans son coin, et le cogneur Jackson en face de lui, donc cela ne pouvait que bien fonctionner pour McClellan. Il a attaqué le combattant le moins enclin à se battre en marche arrière. Là où Jackson en a profite le plus c’est quand il a été capable de générer un élan vers l’avant. Tout le monde connaît maintenant cette stratégie, qui effrayait ses adversaires à l’époque. Pas McClellan

CyberViewX v5.16.55 Model Code=58 F/W Version=1.19

Gerald McClellan

Malheureusement, c’est parfois là que la tragédie entre en jeu également. Après ce combat, McClellan avait déjà commencé à se plaindre de maux de tête fréquents. Quatre combats plus tard, en février 1995, la carrière de boxe de McClellan s’est terminée dramatiquement en Grande Bretagne.

« Lisa, tu es là, Lisa? »

Assis sur un fauteuil dans son salon, Gerald McClellan appelle sa sœur. Lisa McClellan s’approche et s’assied sur une chaise à côté de lui. Elle se penche vers le jeune homme en casquette de baseball.

« Oui, Gerald. »

« Je t’aime, Lisa. Tu es ma soeur et je t’ai toujours aimée. »

« Je t’aime, G-Man. Tu es le meilleur. »

« Quoi? »

« Je t’aime aussi, G-MAN! »

« G-Man », répète McClellan en baissant la voix, comme se parlant à lui-même. « J’aime ce nom », ajouta-t-il. Puis McClellan fit une longue pause dans l’obscurité de son monde.

Comme les fans le savent, en tant que jeune combattant, McClellan s’était donné le surnom de « G-Man » (jeune combattant mais en passe de devenir champion du monde des poids moyens.)

« Il était généreux. Il a dilapidé toute sa fortune », a déclaré une autre sœur, Stacey Cain. « L’argent qu’il a dépensé généreusement en voitures, vêtements, bijoux pour sa famille et ses amis proches, les cadeaux, jusqu’à 500 $ par jour, juste pour aller dans un centre commercial et offrir des cadeaux. Il disait: « Vous ne vivez qu’une seule fois. »

mcclellan6

A Londres, le 25 février 1995, lors d’une lutte acharnée pour le championnat des super-moyens du World Boxing Council, McClellan a subi une blessure à la tête, provoquant un gros caillot de sang au cerveau. C’était entre les mains de Nigel Benn. Ou plutôt contre la tête de Nigel Benn. McClellan, alors âgé de 27 ans, a subi une opération d’urgence de trois heures et demie pour que lui soit retiré le caillot de sang dans le cerveau. L’opération lui a sauvé la vie. Mais après deux mois dans le coma, il est resté aveugle, malentendant, avec le cerveau endommagé, incapable de marcher. Sa mémoire à court terme est sévèrement limitée et sa mémoire à long terme est ultra sélective. Malgré tout ça, il est toujours de bonne humeur, contrairement au garçon timide et presque froid qui ne souriait jamais dans le ring.

Après avoir remporté le titre WBC des poids moyens en 1993, il a marqué des KO au premier tour dans chacune de ses trois défenses de titre, avant d’abandonner sa ceinture des poids moyens pour aller tirer sur Benn ce fameux soir à Londres.

McClellan peut utiliser ses mains pour les tâches quotidiennes, mais il ne peut pas marcher seul. Il marche avec l’aide de deux personnes et ce sont généralement ses sœurs qui sont là pour lui. McClellan a trois sœurs, toutes aides-soignantes de carrière et qui, aux termes d’une tutelle, effectuent, chacune son tour, des rotations quotidiennes de huit heures avec lui, parce qu’il ne peut pas rester seul plus de quelques minutes.

mcclellan5

Dans les années 80, la famille avait déménagé à Milwaukee pendant quelques années. C’est là que Gerald McClellan a remporté le titre des poids moyens des Golden Wisconsin quatre ans de suite, de 1984 à 1987, ainsi que le titre national amateur en 1987. Dans un combat amateur, il a battu un adversaire que le monde de la boxe va connaître aussi, du nom de Michael Moorer, devenu champion du monde des poids lourds.

En 1988, également en tant qu’amateur, McClellan a battu Roy Jones Jr. lors d’un match de demi-finale d’un tournoi olympique. Dans ce qui semblait être un cas de favoritisme clair, c’est Jones et non McClellan qui a été sélectionné pour l’équipe des États-Unis aux Jeux de Séoul, en Corée du Sud. Jones a remporté une médaille d’or, mais McClellan était furieux d’avoir été privé d’aller à Séoul.

Il est devenu pro en 1988 et a très rapidement gravi les échelons. Il est allé s’entraîner avec Emanuel Steward, qui avait formé Tommy Hearns, entre autres champions, au célèbre Kronk Gym de Détroit. La puissance de frappe de McClellan a immédiatement impressionné dans le gymnase.

mcclellan1

« Je l’ai vu à l’entraînement frapper un gars sur le côté de la tête », se souvient Steward, « et ce type était tellement foiré qu’il n’a jamais pu retrouver sa coordination. Je n’ai jamais rien vu de tel. »

En 1991, McClellan a éliminé le cogneur John Mugabi au premier tour pour le titre des poids moyens de l’Organisation Mondiale de Boxe. En 1993, il a remporté le titre WBC de Julian Jackson en l’éliminant en cinq rounds. Une prouesse qu’il renouvellera un an plus tard, jour pour jour, en l’arrêtant cette fois au 1er tour. Les commentateurs et les fans de boxe étaient sous le choc.

Mais McClellan devenait plus gros. Il avait plus de mal à faire la limite de poids moyen. C’est là qu’il a signé pour le combat contre Nigel Benn, un combat de 12 rounds pour la sangle WBC des super-moyens, dans la London Arena. McClellan était le favori par 3-1. Son dossier était de 31-2, avec 29 KO, dont 21 dans les trois premiers tours. Ses deux défaites, c’était des pertes par décision au début de sa carrière. En entrant dans ce combat, McClellan avait remporté ses 14 dernières batailles par KO, dont 10 au premier tour.

mcclellan9

Le combat a été nommé Fight of the Year pour l’année 1995 par KO Magazine.
En 1996, Ring Magazine (The RING) a nommé ce match le 42ème plus grand combat pour le titre de tous les temps, et en 2000 il a été nommé 6ème plus grand combat des années 1990.

Nigel Benn a déclaré à Ring Magazine en 2013 que McClellan était le meilleur frappeur qu’il ait jamais affronté de sa vie et « de très loin » le meilleur combattant de façon générale. « Il y avait un kilomètre entre lui et quelqu’un d’autre », a déclaré Benn. « Je suis sorti de ce combat avec un nez endommagé, une mâchoire cassée, je pissais le sang. J’ai été au lit pendant trois jours après et j’avais comme un voile dans ma tête qui m’empêchait de voir. Cela vous montre à quel point il était puissant. »

Comme à son habitude, dès la cloche d’ouverture, McClellan a démarré en fumant et, en seulement 38 secondes, Benn s’est effondré contre les cordes. Benn est bien revenu avant que l’arbitre ne termine le décompte. Mais ce retour était controversé. Tout le monde  n’était pas d’accord. Certains des commentateurs et invités autour du ring, y compris Ferdie Pacheco, l’analyste de combats (et médecin d’Ali) ont estimé que Benn avait obtenu une trop longue pause après sa chute et que le combat aurait dû être arrêté à ce moment-là.

mcclellan8

Benn ayant repris vie, les deux gars ont continué à se battre sauvagement. McClellan semblait se fatiguer de façon épisodique. Son embout buccal sortait partiellement de sa bouche afin qu’il puisse aspirer plus d’air. Au huitième round, McClellan a de nouveau frappé Benn avec un droit particulièrement dur et vicieux.

Mais encore une fois, le combattant britannique s’est relevé. Dans le neuvième, Benn a réagi à un coup de poing de McClellan en lançant mais en manquant un crochet droit, tout en se précipitant sur McClellan. Ce faisant, il a apparemment donné un gros coup de tête à McClellan. C’est ce coup-là, selon les médecins et les analystes de boxe, qui a créé le caillot de sang dans le cerveau de McClellan.

mcclellan3

Benn l’a de nouveau mis à genoux au début du 10ème. McClellan a cette fois pris son temps pour se lever. Il a d’abord regardé l’arbitre français en clignant des yeux. À 1 minute 46 secondes de la fin du 10ème round, Benn a décroché un uppercut droit et McClellan s’est agenouillé de douleur pour la dernière fois, près des cordes où Don King se penchait en avant en hurlant à McClellan de se relever pour se battre. Mais McClellan était concentré sur l’arbitre français, Alfred Azaro, accroupi devant lui.

Après le décompte de 10, Gerald McClellan s’est levé calmement et s’est éloigné de Don King pour rejoindre son coin. Avant qu’un tabouret puisse être calé sous lui, il s’est assied sur la toile dos contre le tendeur et a perdu connaissance.

Ce diaporama nécessite JavaScript.



Articles recommandés / les plus lus :

A LIRE : Alexander Povetkin vs Dillian Whyte 2: adjugé pour le 21 novembre [15/09/2020]

A LIRE : La légende Chris Eubank Sr. [03/08/2020]

A LIRE : La boxe déshonorée : Seniesa Estrada vs Miranda Adkins [vidéo] [01/08/2020]

A LIRE : L’histoire de Michael Bentt, le sympathique Roi oublié des poids lourds [13/07/2020]

A LIRE : Pacquiao / Mayweather: Qui a eu la meilleure carrière? [30/05/2020]

A LIRE : Sugar Ray Leonard discute de son combat contre Marvin Hagler [14/05/2020]

A LIRE : Quinze ans après, Ricky Hatton se souvient de sa bataille avec Kostya Tszyu [29/04/2020]

A LIRE : Julian Jackson / Gerald McClellan: parcours croisés de deux des plus durs cogneurs que la boxe ait connus [28/04/2020]

A LIRE : Callum Johnson: « Artur Beterbiev est un monstre de la nature. Il battra Dmitry Bivol » [17/04/2020]

A LIRE : [Vidéo] L’histoire de la division poids lourd avec Emanuel Steward [15/04/2020]

A LIRE : Teddy Atlas sur Andy Ruiz: « Le poids n’était pas la cause de sa perte contre Joshua » [09/04/2020]

A LIRE : Artur Beterbiev vs Dmitry Bivol: l’analyse d’Andre Ward [02/04/2020]

A LIRE : Les cinq victoires les plus impressionnantes de Joe Calzaghe [01/04/2020]

A LIRE : Une carrière bâtie sur le succès: l’histoire d’Abel Sanchez [30/03/2020]

A LIRE : Canelo Alvarez reviendra-t-il chez les mi-lourds pour affronter un animal comme Artur Beterbiev? [28/03/2020]

A LIRE : Suspicion de dopage: Un fermier affirme que l’équipe de Tyson Fury lui aurait offert de l’argent pour mentir [15/03/2020]

A LIRE : Canelo Alvarez vs Billy Joe Saunders le 2 mai – Aperçu [06/03/2020]

A LIRE : Effrayés par la dernière performance de Jorge Linares, les Garcia père et fils se dégonflent [vidéo] [03/03/2020]

A LIRE : Les plus grandes trilogies dans l’histoire de la boxe [02/03/2020]

A LIRE : La légende de la boxe, Roman Gonzalez, évacue Kal Yafai avec un coup de marteau [vidéo] [01/03/2020]

A LIRE : Deontay Wilder doit effacer de sa tête l’idée même d’une trilogie avec Tyson Fury [vidéo full fight] [23/02/2020]

A LIRE : Tyson Fury STOP Deontay Wilder au 7ème. Wilder devrait oublier la trilogie [vidéo full fight] [23/02/2020]

A LIRE : Tyson Fury TKO Deontay Wilder au 7ème round [vidéo full fight] [23/02/2020]

A LIRE : Wilder & Fury II : insultes et révélations durant la conférence de presse [vidéo] [20/02/2020]

A LIRE : Jorge Linares a écrasé Carlos Morales en 4 rounds [vidéos] [15/02/2020]

A LIRE : Deontay Wilder vs Tyson Fury II : faire des prédictions en boxe, c’est amusant [13/02/2020]

A LIRE : Le style post-mexicain, une boxe véritablement mondiale, arrive [12/02/2020]

A LIRE : Clay Collard vs Raymond Guajardo: le round de l’année [vidéo] [03/02/2020]

A LIRE : « Tyson Fury n’est pas le champion linéaire, dit Michael Buffer, ce truc est un non-sens » [1/02/2020]

A LIRE : Canelo Alvarez vs Ryota Murata le 23 mai au Saitama Super Arena, et non le 2 mai [31/01/2020]

A LIRE : L’opprimé Jeison Rosario a détruit le champion Julian Williams [Full fight] [19/01/2020]

A LIRE : Edwin Rodriguez vs Michael Seals, grosses fusillades et KO à la pelle [vidéo] [18/01/2020]

A LIRE : Tyson Fury physiquement méconnaissable [18/02/2020]

A LIRE : Alejandra Jimenez bat Franchon Crews-Dezurn dans un combat fou et appelle Claressa Shields [Full fight] [14/01/2020]

A LIRE : Ryan Garcia veut se mesurer à Jorge Linares le 2 mai [11/01/2020]

A LIRE : Yuniel Dorticos, le KO de l’année 2019? Les autres KO mémorables de l’année [09/01/2020]

A LIRE : Katie Taylor vs Delfine Persoon : le vol de l’année 2019 [vidéo] [07/01/2020]

A LIRE : Ryan Garcia insiste auprès de Gervonta Davis [5/01/2020]

A LIRE : Tyson Fury vs Deontay Wilder II – Point de vue [4/01/2020]

A LIRE : Manny Pacquiao, le premier boxeur à détenir des titres mondiaux durant 4 décennies [03/01/2020]

A LIRE : Les poids lourds encore à l’ombre mais à ne pas perdre de vue en 2020 [27/12/2019]

A LIRE : Ray Mancini: « Canelo doit battre GGG pour être n°1 » [07/12/2019]

A LIRE : Le talentueux Oleksandr Gvozdyk n’a eu aucune chance face à un Beterbiev méthodique, déteminé et sans pitié [vidéo] [10/10/2019]

A LIRE : Un mort, une vie brisée et la boxe à jamais changée : Mancini – Kim, histoire d’un drame [16/01/2019]

A LIRE : McGregor affirme que Mayweather sera malmené le 26 août [15/07/2017]

A LIRE : La traversée du désert de Djamel Dahou, un champion de boxe sacrifié par son pays, malgré les victoires [01/06/2017]

A LIRE : Le jour où le prix Nobel de la boxe à rencontré le lauréat du prix Nobel de littérature [24/05/2017]

482 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s