Quinze ans après, Ricky Hatton se souvient de sa bataille avec Kostya Tszyu

Publié par

Le match s’est déroulé le 4 juin 2005, à la MEN Arena, Manchester, en Angleterre. Une foule monstre et électrisante chante en attendant l’arrivée des deux messieurs.

Le champion IBF et RING Magazine des poids welter était Kostya Tszyu, un Australien d’origine russe âgé de 35 ans. En entrant dans ce combat, Tszyu était déjà une légende de la boxe. Ce puissant cogneur (30-1, 25 KO) avait une fiche de 14-1, dont 11 par KO dans ses combats pour le titre mondial. Il était déjà installé près du sommet sur la plus part des listes livre pour livre.

Ricky Hatton était le challenger, un véritable héros dans son pays. « The Hitman » affichait un record impressionnant de 38-0, dont 30 par KO. Mais le formidable Tszyu était pour Hatton ce soir-là l’équivalent d’un passage de la piscine à un océan bleu profond. Les parieurs avaient favorisé le champion australien. Mais Hatton, un redoutable cogneur, qui boxe de façon brouillonne et désordonnée comme nous le rappelle très justement Lakdar, était obsédé par la victoire et a juré d’envoyer une onde de choc dans la division des super-légers.

« Il y avait d’autres bons champions de mon poids comme Vivian Harris et Sharmba Mitchell, mais je voulais Tszyu, parce qu’il était simplement le meilleur », a déclaré Hatton, qui avait alors 26 ans. «Je pense que Frank [Warren], conscient du risque que j’encourais, a essayé de m’en dissuader, étant donné que j’étais le concurrent numéro un de Harris. Mais j’étais sûr de moi et je voulais ce combat. »

«Kostya Tszyu était quelqu’un que je regardais beaucoup parce que le gars avait de la classe du début à la fin. Il a eu bien plus de 200 combats amateurs je crois [259 victoires, 11 défaites] et le gars était un cogneur complet. Il avait facilement aplati des adversaires comme Zab Judah et Sharmba Mitchell. Alors pour moi il était donc devenu l’homme à abattre. »

Malgré le combat qui a lieu dans la ville natale de Hatton, il a d’abord rencontré Tszyu dans la Mecque de la boxe, à Las Vegas, pour une réunion qu’aucun homme n’oubliera jamais.

Hatton s’en souvient: «Billy Graham (l’entraîneur de Hatton) et moi sommes allés voir le combat Tszyu-Judah au MGM Grand. Nous devions quitter l’hôtel et j’ai vu Kostya debout non loin de là. Je me suis présenté. Je l’ai félicité pour sa victoire et j’ai dit que je le combattrais probablement dans un avenir proche. »

«Il a dû penser: « qui diable peut bien être cet Anglais qui dit qu’il voudrait me combattre. » Mais quand nous avons fait la conférence de presse pour notre combat, il s’est souvenu de cette discussion à l’hôtel. Il avait dit: « Vous aviez eu raison de vouloir me combattre. » Il était sincère et ce fut en fait vraiment un moment de fierté pour moi. »

« Quand le jour du combat est arrivée, l’atmosphère de la ville, n’importe où à Manchester, était juste incroyable. Vous rentrez dans un bar et vous entendez les gens parler du combat. Dans les restaurants, sur les ondes des radios. On pouvait entendre les noms de Hatton et Tszyu partout où on allait. »

Avant l’arrivée des boxeurs, la grande majorité des 22 000 gorges présentes chantait à en perdre la voix à la MEN Arena. Winky Wright, qui avait récemment battu Felix Trinidad, a été présenté à une foule frénétique. Diego Corrales, qui venait de réaliser un miracle de gladiateurs lors de sa première guerre avec José Luis Castillo, fut applaudi longuement. L’acteur australien Russell Crowe, manifestement fan de Tszyu, a été hué sans merci.

Hatton a déclaré: «Je suis allé à la MEN Arena un nombre incalculable de fois. J’ai vu des artistes comme David Haye, Carl Froch, Joe Calzaghe et Naseem Hamed à l’intérieur de l’anneau et cela a toujours été à chaque fois une merveilleuse occasion. L’endroit est formidable, toujours bondé, et c’est vraiment un lieu fait pour regarder un grand combat. »

«Il y avait juste quelque chose d’autre dans l’air lorsque j’ai combattu Kostya Tszyu. Il était le champion incontesté et l’un des meilleurs. J’étais l’opprimé, et pour un gars local combattant quelqu’un de ce calibre-là à Manchester, c’était presque sans précédent. Il y avait une grande tension, les fans étaient nerveux parce qu’ils savaient ce qui était en jeu. »

La cloche d’ouverture retentit et Hatton a, dès le départ, démarré à 100 à l’heure. Souvent considéré comme un simple cogneur, «The Hitman» était sous-estimé en matière de QI, sa vitesse du pied et sa capacité à combler l’écart. Il a malgré tout fait vivre à Tszyu un cauchemar absolu lors des séances d’ouverture.

« Le plan était de coller Kostya comme de la colle, de rester sur sa poitrine comme un bébé », a rappelé Hatton. «Judah et Mitchell ont fait à peu près tous ce que Tszyu voulait qu’ils fassent, en restant loin de lui. Ce qui les laissait à portée de cette main droite meurtrière. Kostya tapait avec sa gauche non stop pour vous aveugler et ouvrir ensuite la voie à sa longue droite avec son effet de levier meurtrier. S’il vous touchait avec ça c’était bonne nuit. »

«Contre moi, qui courais sur lui et ne le lâchais pas, j’ai pu lui retirer cette arme tueuse. Même quand il atterrissait avec sa droite, la grosse piqûre n’avait plus d’effet. Sa force de frappe n’était plus là parce qu’il ne pouvait pas générer l’effet de levier qu’il voulait. Ne vous méprenez pas, il m’a attrapé avec quelques-uns mais on savait que si nous pouvions passer quatre ou cinq tours, j’avais une vraie chance de le battre. Mon boulot était de dépasser d’abord les quatre ou cinq premiers rounds. »

Hatton-Tszyu-cover_RING

Le challenger a traversé les premiers tours et sa pression suffocante faisait des merveilles. Tszyu a parfois posé des bombes précises, mais il n’a pas pu contrôler le rythme, ni dissuader la machine britannique de poursuivre sa pression. Soudain, le moment que Hatton attendait s’est produit: le champion en titre, durant quelques seconde, s’est fané.

Hatton a déclaré: «Je pense que c’était juste durant le huitième round et que cela ne s’est produit à aucun autre moment. Kostya avait encaissé de gros coups entre le 6ème et le 8ème tour mais il me travaillait de façon extrêmement dure. À un moment donné, j’ai pensé: «Bon dieu, il ne va pas ralentir même ici. » C’est là que j’ai décroché une grosse balle au corps et que j’ai senti qu’il commençait à couler physiquement. »

«Quand cela s’est produit, j’ai su comment appuyer sur l’accélérateur. Je pouvais me permettre de prendre des risques. Je pouvais aussi prendre un coup de poing beaucoup mieux à ce stade. Chez tout combattant, l’usure au fil des ans fait des ravages. La façon dont je me suis battu et ma façon de vivre ont accéléré ce processus. Pour Tszyu, j’étais à mon meilleur niveau. »

Une phrase que Hatton utilise souvent est «la boxe n’est pas un concours de chatouilles.» Dans le 7ème round, il a choisi un moment opportun pour démontrer cette philosophie à Kostya Tszyu. Un crochet gauche éclatant a atterri avec une force écœurante sous la ceinture et a laissé tomber Tszyu à genoux. Hatton insiste sur le fait qu’il avait des raisons d’avoir fait ça.

« Oh ouais, absolument », rigole Hatton. «Kostya avait décroché trois ou quatre coups bas et il n’avait eu aucune déduction de points. J’ai pensé alors que si je le frappais de la même manière avec un coup bas, l’arbitre ne pouvait pas me retirer des points immédiatement à cause d’un seul coup bas. J’ai vraiment bien atterri celui-là et l’arbitre, Dave Parris, était dans une position inconfortable, car il ne pouvait que m’avertir puisque Kostya m’en a envoyé trois ou quatre. »

Tszyu pataugeait dans les rounds de championnat et l’assaut continu de Hatton était comme une maladie incurable. Frappé et malmené, le grand champion est revenu dans son coin à la fin du onzième round et a signalé qu’il en avait assez comme ça. Son entraîneur, Johnny Lewis, a alors jeté l’éponge et la MEN Arena a explosé.

« Ce fut de lloin le plus grand moment de ma carrière », a déclaré Hatton avec fierté. «J’ai continué en remportant trois autres titres mondiaux dans deux divisions de poids. Mais je rêvais d’un moment comme ça depuis que j’ai lacé mes gants pour la première fois de ma vie. »

«Ces jours-ci, vous pouvez devenir champion du monde, mais vous n’avez pas nécessairement besoin de battre les meilleurs pour le faire. Pour que Kostya Tszyu quitte le combat en restant sur son tabouret et permette l’une des plus grandes victoires de l’histoire de la boxe britannique, je n’aurais jamais pu croire que cela pouvait se produire. C’était un grand combattant. »

Oui, Hatton gagnerait plus de titres mondiaux et revendiquerait plus de gloire contre des gars comme Carlos Maussa, Luis Collazo, Jose Luis Castillo et Paulie Malignaggi, mais il a incontestablement crevé le plafond à Manchester, il y a 15 ans, en obligeant Tszyu à rester sur son tabouret. Les défaites déchirantes que lui ont infligées les légendes comme Floyd Mayweather et Manny Pacquiao n’ont pas réussi à ternir son héritage durable.

Tszyu, en revanche, n’est plus jamais revenu dans le ring et Hatton insiste sur le fait que l’ancien champion, contrairement à lui, a pris la bonne décision au bon moment.

« Ce fut un combat très rude et physique », a déclaré Hatton de sa plus grande victoire en carrière. «Tout le monde parle de la qualité de ma performance, mais je pense que Tszyu a lui-même réalisé une performance fantastique. C’est un homme très mature et sensé et, contrairement à beaucoup de combattants, il savait que c’était le moment idéal pour raccrocher ses gants. Il a fait preuve d’un courage incroyable et s’est battu comme un chef de guerre cette nuit-là. »

«Nous nous sommes rencontrés pour la première fois, depuis le combat, il y a six ans. Il a m’a dit que j’avais gagné grâce à un coup bas et je lui ai répondu que c’était vrai et qu’il m’avait frappé avec quatre d’entre eux. C’est un gars formidable, respectueux et sympathique. Toujours de bonne humeur et, croyez-moi, quand vous gagnez un titre mondial contre un champion de ce calibre, vous appréciez ce type d’esprit sportif qu’il a. C’est juste une belle histoire.  »



Articles recommandés / les plus lus :

A LIRE : Sugar Ray Leonard discute de son combat contre Marvin Hagler [14/05/2020]

A LIRE : Quinze ans après, Ricky Hatton se souvient de sa bataille avec Kostya Tszyu [29/04/2020]

A LIRE : Julian Jackson / Gerald McClellan: parcours croisés de deux des plus durs cogneurs que la boxe ait connus [28/04/2020]

A LIRE : Callum Johnson: « Artur Beterbiev est un monstre de la nature. Il battra Dmitry Bivol » [17/04/2020]

A LIRE : [Vidéo] L’histoire de la division poids lourd avec Emanuel Steward [15/04/2020]

A LIRE : Teddy Atlas sur Andy Ruiz: « Le poids n’était pas la cause de sa perte contre Joshua » [09/04/2020]

A LIRE : Artur Beterbiev vs Dmitry Bivol: l’analyse d’Andre Ward [02/04/2020]

A LIRE : Les cinq victoires les plus impressionnantes de Joe Calzaghe [01/04/2020]

A LIRE : Une carrière bâtie sur le succès: l’histoire d’Abel Sanchez [30/03/2020]

A LIRE : Canelo Alvarez reviendra-t-il chez les mi-lourds pour affronter un animal comme Artur Beterbiev? [28/03/2020]

A LIRE : Suspicion de dopage: Un fermier affirme que l’équipe de Tyson Fury lui aurait offert de l’argent pour mentir [15/03/2020]

A LIRE : Canelo Alvarez vs Billy Joe Saunders le 2 mai – Aperçu [06/03/2020]

A LIRE : Effrayés par la dernière performance de Jorge Linares, les Garcia père et fils se dégonflent [vidéo] [03/03/2020]

A LIRE : Les plus grandes trilogies dans l’histoire de la boxe [02/03/2020]

A LIRE : La légende de la boxe, Roman Gonzalez, évacue Kal Yafai avec un coup de marteau [vidéo] [01/03/2020]

A LIRE : Deontay Wilder doit effacer de sa tête l’idée même d’une trilogie avec Tyson Fury [vidéo full fight] [23/02/2020]

A LIRE : Tyson Fury STOP Deontay Wilder au 7ème. Wilder devrait oublier la trilogie [vidéo full fight] [23/02/2020]

A LIRE : Tyson Fury TKO Deontay Wilder au 7ème round [vidéo full fight] [23/02/2020]

A LIRE : Wilder & Fury II : insultes et révélations durant la conférence de presse [vidéo] [20/02/2020]

A LIRE : Jorge Linares a écrasé Carlos Morales en 4 rounds [vidéos] [15/02/2020]

A LIRE : Deontay Wilder vs Tyson Fury II : faire des prédictions en boxe, c’est amusant [13/02/2020]

A LIRE : Le style post-mexicain, une boxe véritablement mondiale, arrive [12/02/2020]

A LIRE : Clay Collard vs Raymond Guajardo: le round de l’année [vidéo] [03/02/2020]

A LIRE : « Tyson Fury n’est pas le champion linéaire, dit Michael Buffer, ce truc est un non-sens » [1/02/2020]

A LIRE : Canelo Alvarez vs Ryota Murata le 23 mai au Saitama Super Arena, et non le 2 mai [31/01/2020]

A LIRE : L’opprimé Jeison Rosario a détruit le champion Julian Williams [Full fight] [19/01/2020]

A LIRE : Edwin Rodriguez vs Michael Seals, grosses fusillades et KO à la pelle [vidéo] [18/01/2020]

A LIRE : Tyson Fury physiquement méconnaissable [18/02/2020]

A LIRE : Alejandra Jimenez bat Franchon Crews-Dezurn dans un combat fou et appelle Claressa Shields [Full fight] [14/01/2020]

A LIRE : Ryan Garcia veut se mesurer à Jorge Linares le 2 mai [11/01/2020]

A LIRE : Yuniel Dorticos, le KO de l’année 2019? Les autres KO mémorables de l’année [09/01/2020]

A LIRE : Katie Taylor vs Delfine Persoon : le vol de l’année 2019 [vidéo] [07/01/2020]

A LIRE : Ryan Garcia insiste auprès de Gervonta Davis [5/01/2020]

A LIRE : Tyson Fury vs Deontay Wilder II – Point de vue [4/01/2020]

A LIRE : Manny Pacquiao, le premier boxeur à détenir des titres mondiaux durant 4 décennies [03/01/2020]

A LIRE : Les poids lourds encore à l’ombre mais à ne pas perdre de vue en 2020 [27/12/2019]

A LIRE : Ray Mancini: « Canelo doit battre GGG pour être n°1 » [07/12/2019]

A LIRE : Le talentueux Oleksandr Gvozdyk n’a eu aucune chance face à un Beterbiev méthodique, déteminé et sans pitié [vidéo] [10/10/2019]

A LIRE : Un mort, une vie brisée et la boxe à jamais changée : Mancini – Kim, histoire d’un drame [16/01/2019]

A LIRE : McGregor affirme que Mayweather sera malmené le 26 août [15/07/2017]

A LIRE : La traversée du désert de Djamel Dahou, un champion de boxe sacrifié par son pays, malgré les victoires [01/06/2017]

A LIRE : Le jour où le prix Nobel de la boxe à rencontré le lauréat du prix Nobel de littérature [24/05/2017]

33 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s