Et si Artur Beterbiev avait raison de chercher à se séparer de son promoteur Yvon Michel ?

L’un des boxeurs les plus évités au monde se prépare à mener deux combats cet été, l’un contre un boxeur dans un ring et l’autre à la barre, devant la justice du Canada. L’invaincu est en conflit avec son promoteur Yvon Michel qu’il veut quitter pour pouvoir boxer plus. Des documents ont été déposés auprès du tribunal pour rompre son contrat promotionnel avec GYM, et Beterbiev avait déjà confirmé la signature d’un contrat avec l’Allemand Enrico Koelling pour un combat le 29 juillet prochain.

Beterbiev est bien décidé à se battre. Son combat contre l’Allemand Enrico Koelling [23-1, 6 KO) est toujours annoncé sur Boxrec. Le site indique la ville de Quebec mais tout récemment des rumeurs laissent entendre que le combat était en péril. La date et la ville sont affichées mais l’endroit où aura lieu l’affrontement n’est toujours pas précisée. Beterbiev (11-0 11 KO) a paru pourtant rassurant devant la presse.

«J’ai signé un contrat avec l’IBF. Je suis au gymnase tous les jours et je me prépare pour ce combat», a-t-il insisté auprès du réseau TVA Sports.

Ce combat arrive à un moment idéal pour Beterbiev, car il lui donne une excellente chance de montrer au public de la boxe une comparaison entre lui, Andre Ward, Sergey Kovalev et Adonis Stevenson. Beterbiev veut combattre un de ces gars, mais ce n’est pas facile. Ces combattants ne vont pas faire face à quelqu’un d’aussi dangereux. Même s’ils doivent le faire, il est tout à fait possible qu’ils refuseront de l’affronter. Il ne fait aucun doute qu’Artur Beterbiev a en effet autant de mal à se trouver des adversaires que ces derniers en ont à rester debout face à lui dans le ring.

Le Russe soutient que son contrat avec le Groupe Yvon Michel n’a plus aucune validité et cherche à le prouver devant les tribunaux. Une procédure est en cours.

«Si on ne respecte pas mon contrat, est-ce que je dois continuer à boxer et fermer mes yeux? Non», a-t-il affirmé.

Beterbiev n’a eu que deux combats au cours des deux dernières années. Il est resté hors d’action à cause d’un problème à l’épaule au cours de la deuxième moitié de 2015 et du premier semestre de 2016. Devoir attendre pour combattre Koelling doit être évidemment un mal de tête pour Beterbiev, même s’il sait que ça va être utile pour devenir le challenger obligatoire de l’IBF pour le vainqueur de la lutte Ward-Kovalev 2.

Bien qu’il se dise un peu nerveux par rapport à la situation, Beterbiev affirme qu’il fait entièrement confiance à son avocat pour régler le dossier. Ce dernier a confié à TVA Sports qu’il allait d’ailleurs déposer dès cette semaine une demande devant les tribunaux pour accélérer le processus.

beterbiev

Il y a énormément d’incertitudes sur ce combat mais ce serait une honte si on lui mettait des bâtons dans les roues. Beterbiev risque de rester inactif pendant des mois ou des années encore s’il ne rompt pas les liens avec son promoteur Yvon Michel. Beterbiev était censé se battre contre Sullivan Barrera en avril, mais Barrera a choisi de se retirer du combat en raison de ce qui semble être, à moins qu’il y ait encore autre chose, un désaccord sur la somme qu’il lui a été proposée.

Ce serait un scandale si Beterbiev ne se battait pas contre Koelling, parce qu’il a attendu trop longtemps. Il serait déjà en ligne pour le vainqueur Ward-Kovalev 2 s’il avait battu Barrera. Les rumeurs sur ces incertitudes ne sont pas une bonne nouvelle. Quoi qu’il en soit les démarches pour se séparer de GYM sont une bonne chose pour sa carrière.

Beterbiev est un joyau dans le monde de la boxe, un artiste KO avec un énorme pouvoir dans les deux mains. On ne sait pas laquelle est plus puissante que l’autre, elles font toutes les deux le même travail et parviennent toutes les deux au même résultat. Il y a une réelle conviction chez les fans de boxe comme quoi beaucoup des principaux candidats ne veulent pas l’affronter. C’est une réalité. Beterbiev est une véritable machine à démolition qui serait un enfer pour Ward ou Sergey Kovalev. Est-ce qu’un promoteur différent ferait un meilleur travail pour lui trouver des adversaires?  C’est la grande question.

Beterbiev est âgé de 32 ans maintenant. Il a combattu deux fois dans les Jeux Olympiques pour la Russie et a passé beaucoup de temps dans les rangs amateurs dans son pays natal. Si la justice le libérait de son promoteur, Beterbiev a assuré qu’il allait rester au Québec avec sa famille. Il a dit qu’il se battrait n’importe où dans le monde, mais que c’était ici, au Canada, qu’il voulait continuer à s’entraîner et à vivre.


 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s