Ward vs Kovalev II, le bien contre le mal

C’est ce soir qu’aura lieu la revanche entre Andre Ward et Sergey Kovalev. Pour rappel, l’année dernière, l’affrontement entre Tony Bellew et Ilunga Makabu a été annoncée comme une concrétisation de la véritable histoire de « Rocky » par le promoteur Eddie Hearn. Cette image était largement basée sur le rôle qu’a tenu Bellew dans le film Creed, où il a joué « Pretty » Ricky Conlan.

Cependant, après une première rencontre controversée, la revanche de ce week-end entre Andre Ward et Sergey Kovalev nous offre de nombreux parallèles et qui est sans doute le plus convaincant des scénarios.

Dans Rocky IV, le boxeur russe, Ivan Drago, vient aux États-Unis pour défier Apollo Creed. Alimenté par le symbolisme de la guerre froide, le film commence par la bagarre d’Apollo Creed contre Drago à Las Vegas, au MGM Grand. Après un uppercut, Apollo fait un arrêt cardiaque et décède peu de temps après. Enragée par la mort d’Apollo, Rocky Balboa défie Drago pour venger son ami.

Le récit du film parle d’un combat entre les deux hommes comme autre chose qu’un concours d’athlétisme. Le film a été lancé comme une bataille du bien contre le mal, reflétant la réalité évidente d’un monde divisé entre deux idéologies politiques: le capitalisme et le communisme. La lutte se déroule en Union Soviétique. Rocky est hué dans le ring par un public russe arriéré et hostile qui s’oppose avec véhémence à ses valeurs américaines. Dans un combat incroyablement dur, Rocky lutte dans la première partie. Mais grâce à sa résistance et ses valeurs justes, il parvient à gagner le combat par KO. Adulé par le public et froidement applaudi par les hauts fonctionnaires, Rocky prononce un discours de victoire politique, met fin aux tensions entre les USA et l’URSS, puis marche triomphalement dans un stade pour une ovation par un public debout et conquis.

us-russia-rivalry

Trente ans après, un autre russe dangereux est venu à Las Vegas pour lutter contre l’Américain Andre Ward. Elle est considérée comme une bataille qui sera couronnée par les fédérations et les amateurs de boxe comme la meilleure bagarre « livre pour livre » dans le monde. À l’instar du combat de Rocky sur la pelouse rivale, quand Kovalev est arrivé dans le ring pour la premier affrontement, il a été huée par une foule très pro Ward. Kovalev a mis une pression extrême sur l’américain pendant les six premiers tours, avant que l’invaincu Ward ait réussi à changer le schéma de la lutte. Dès les premières salves du combat, comme dans le film Rocky, Ward luttait dur quand Kovalev le renverse avec un énorme coup sur le visage au deuxième tour. Kovalev a appliqué une véritable pression durant les 4 rounds suivants, puis a commencé à s’effacer pour permettre à Ward, le résilient, de revenir et gagner. À la cloche finale, tout le monde, y compris l’intéressé, a été choqué d’entendre le nom de Ward désigné comme le vainqueur par décision unanime. Dans son entretien post-combat, Kovalev a expliqué qu’il a été insulté par la foule et volé par les juges.

Il est généralement admis dans la boxe que, pour détrôner un champion, vous devez faire plus qu’il n’en faut et montrer un style pertinent. Le résultat de la lutte a été vivement contesté et l’exploit de Ward n’était certainement pas éloquent. Le sentiment de la « peur rouge » et anti-russe des années 80 imprègne encore aujourd’hui la société américaine, il serait naïf de penser qu’elle n’a pas participé à la décision du comité des juges, exclusivement américains.

Les parallèles avec le sentiment de guerre froide dans le film Rocky sont évidents. Ces tout derniers jours durant la campagne promotionnelle, le russe a de nouveau été diabolisé, accusé d’irrespect et de racisme. Pendant ce temps, Ward a été présenté comme cool, calme et rassemblé, le champion parfait et consommé qui est prêt à corriger ce soir le coup de griffe sur son record autrement impeccable.

Il est très étonnant pour moi que rien n’ait été fait pour corriger ça, et de laisser une fois de plus un comité de juges exclusivement américain déclarer le vainqueur. Peut-être que les juges ne le voient même pas, mais le parti pris culturel inné est là. La promotrice de Kovalev, Kathy Duva, a réclamé des juges neutres, mais sa demande a été refusée par la commission. Compte tenu de l’histoire des deux nations impliquées dans ce concours sportif, ce n’était pas une demande déraisonnable.

En entrant dans la revanche, Kovalev a tout à faire. Il le sait. Lutter contre tout et tout le monde. Il est Rocky en Russie. Il fait face à une foule hostile sur un territoire étranger et un jury composée exclusivement de juges du pays d’origine. Ca va être dur car il n’est plus le champion en titre en ayant déjà perdu ses ceintures IBF, WBO et WBA la dernière fois, ce qui rend la tâche encore plus ardue. En outre, dans ce qui pourrait être interprété comme une trahison flagrante, des rumeurs ont circulé au sujet du formateur de Kovalev, l’ancien champion John David Jackson, comme quoi il essayerait de passer à l’équipe Ward. Accusations que Jackson a démenties, disant que c’est l’équipe de Ward qui l’avait contacté. On peut imaginer que c’est quelque chose qui a dû créer des tensions entre Kovalev et son entraîneur.

Quoi qu’il en soit, cette tournure politique permet une vision convaincante. Il n’y aura pas d’amour perdu entre Kovalev et son entraîneur, lorsque la cloche d’ouverture sonnera. Kovalev peut-il traverser cette lutte, assurer sa carrière et gagner le public américain? Ou sa nationalité pourrait-elle constituer une barrière insurmontable? Je lui souhaite vraiment bon courage.

Une chose est sûre: Kovalev ne gagnera pas. Ce gars connu sous le nom de « The Krusher », aura entièrement raison de rechercher un arrêt pour se sortir des mains des juges car il n’a aucune chance de gagner une décision. Paradoxalement, il aspirera à imiter Rocky, alors qu’il cherchera à faire l’improbable sur le gazon ennemi face à des juges et à un public hostiles.

 

1 réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s