David Lemieux revient de l’enfer après deux visites au tapis et décroche une victoire non méritée

Publié par

Cela aurait dû être au minimum un match nul, sinon une victoire pour l’Ukrainien. David Lemieux a battu Maksym Bursak samedi soir après plus d’un an d’inaction. Lemieux (41-4, 34 KO) a remporté une décision partagée, bien qu’il ait frappé le tapis à deux reprises et n’a pas été compté une troisième fois. Contre une seule chute pour le combatif Bursak (35-6-2, 16 KO).

Les juges Richard Blouin et Pasquale Procopio ont marqué le combat 94-93 en faveur de Lemieux. Jean Gauthier a également vu le combat 94-93, mais en faveur de l’Ukrainien.

« Il m’a fallu quelques tours pour vaincre la rouille causée par mes 15 mois d’inactivité », a expliqué Lemieux, admettant que ses réflexes n’étaient pas au rendez-vous. « Par contre, à mesure que les rounds avançaient, je me sentais de mieux en mieux. Les coups de poing devenaient plus secs et atteignaient la cible.»

«Les derniers rounds étaient à moi, je gagnais la plupart d’entre eux, même s’il lançait plus de coups. Je me suis réveillé plus tard que d’habitude, mais ça arrive parfois dans la boxe. C’est sûr que les gars sont plus gros. Ça allait pour le poids et c’est plus le temps d’inactivité qui m’a ennuyé», a-t-il également souligné.

« Notre plus grosse erreur a été de le laisser 15 mois sans boxe », a expliqué Camille Estephan, président de Eye of the Tiger Management. « Nous avions rendez-vous en septembre, mais les négociations ont trébuché. Cela a tout retardé. Il est difficile pour un boxeur de se motiver à l’entraînement quand on n’a pas de date et un adversaire. David est très consciencieux, il fait tout ce qu’il a à faire. »

bursak

Très déterminé, le boxeur ukrainien a surpris Lemieux dès le premier tour, le renversant une première fois. A une autre occasion, le Québécois a été clairement retenu par les cordes. Mais il n’a pas été compté par l’arbitre Michael Griffin, ce qui l’a sauvé d’ une perte de point, voire d’une défaite. Nous avons vu la même chose samedi soir lors du combat entre Michael Hunter et Alexander Povetkin. Trois crochets gauches successifs ont failli renverser l’Américain qui est parti en arrière et allait tomber s’il n’y avait pas les cordes. Contre toute attente, Hunter n’a pas été compté par l’arbitre Steve Gray. Le combat s’est terminé en match nul, ce qui aurait dû faire rager Povetkin encore plus. Mais le Russe a eu la classe de ne pas broncher et de féliciter son adversaire.

En plus de la première chute, Lemieux a de nouveau été envoyé sur la toile au cinquième round, après un coup de feu de l’Ukrainien venu couronner une violente combinaison.

« Il est fort », a admis Lemieux. « Il m’a surpris avec de bons coups. Dans le coin, Marc (Ramsay, son entraîneur) n’était pas content car je n’ai pas suivi le plan de match. Je ne suis pas satisfait de ma performance. Ce n’est pas ce que je voulais. Nous avons vraiment sous-estimé les 15 mois d’inactivité, et c’est ce qui m’a le plus blessé. »

« Une fois que vous êtes allé au tapis si tôt, vous devez déclencher le plan B », a déclaré Ramsay. « Mais nous n’étions pas en mode panique: nous avions déjà été là et j’ai dit à David qu’il nous restait encore neuf rounds. C’était un combat très serré, cependant, si serré que j’ai dû mentir à David, lui disant après le septième que nous avions absolument besoin d’un KO. »

Ce n’est pas que Lemieux ne pouvait pas rebondir. Bien au contraire. Le quatrième round était le sien. Au sixième, Lemieux était incisif. Il a d’abord secoué Bursak avec un crochet gauche. Bursak avait l’œil droit enflé. Quelques secondes plus tard, Lemieux a soulevé le toit du Centre Bell en envoyant Bursak au tapis avec une violente gauche au menton, de loin sa meilleure arme samedi.

Aux huitième et neuvième rounds, Lemieux semble avoir oublié qu’il avait aussi une main droite. Le boxeur a assuré après le combat qu’il n’a pas été blessé.

« C’était tellement frustrant que je lui ai demandé de l’utiliser davantage », a déclaré Ramsay. Quand il a placé sa droite avant de lancer sa gauche, nous avons marqué des points. »

Dans le 10ème, Lemieux a livré un tour furieux, en passe d’envoyer son adversaire au tapis, mais Bursak a pu résister.

Reste à voir dans quelle mesure cette performance va affecter l’avenir du combattant québécois, qui a certainement beaucoup de travail à faire. Rester chez les super-moyens pourrait même être remis en cause.

« C’est une décision que nous prendrons en équipe », a insisté Estephan, qui avait juré il y a quelques mois que Lemieux ne se battrait plus jamais chez les poids moyens.

bursak loss

« Nous voulions un bon test et nous l’avons obtenu », a déclaré Ramsay. « Nous allons maintenant nous asseoir et en discuter. Non seulement en termes de poids, mais aussi du niveau de performance qui a été offert. Je pense que nous avons besoin d’un autre combat de ce type afin d’évaluer ce que nous avons. »

Un « autre combat de ce type. » Une revanche avec Bursak est-elle dans les esprits de l’équipe de Lemieux?

« Ce n’est pas une méchante idée, a dit Ramsay. C’est un gars qui apporte beaucoup de choses. C’est ce qu’on veut pour nos gars : une problématique globale, pas des boxeurs qui ne sont qu’unidimensionnels. »

Victoire amère et embarrassante pour Lemieux. Même ses plus fidèles défenseurs étaient étonnés de voir leur favori s’en tirer avec les honneurs au terme d’une soirée où il a souvent semblé totalement dépassé par la pugnacité et la hargne de son adversaire. Sans compter les KOs.


 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s