Le vrai du faux sur ceux qui ont évité (ou pas) Dmitry Bivol

Publié par

Normalement, une opportunité de se battre pour un titre mondial majeur est un trop bon scénario pour qu’un concurrent légitime puisse laisser l’occasion lui passer sous le nez. L’opportunité d’un titre, avec une manne financière bien au-dessus de six chiffres, ne peut qu’amplifier l’intérêt.

Détrompez-vous. Si vous demandez à l’équipe du détenteur du titre mondial WBA des mi-lourds, Dmitry Bivol, de trouver un adversaire, ils vous répondront que ce n’est pas une chose aussi facile qu’il n’y paraît.

Alors que les détenteurs des deux autres ceintures, Oleksandr Gvozdyk et Artur Beterbiev, étaient prévus de se battre dans un combat majeur pour l’unification des titres à la mi-octobre [remporté par Beterbiev dans un combat passionnant par TKO au 10ème round], Bivol a été relégué face à Lénine Castillo (20-3, 15 KO) au Wintrust Arena de Chicago. Pourquoi lui et seulement lui, on peine à le comprendre ou à se faire un avis clair, malgré les explications, plutôt tortueuses, de l’équipe de Bivol.

« C’était difficile de trouver quelqu’un de crédible », a admis Bottjer. « Castillo était le meilleur choix disponible. »

Certains ont qualifié l’affrontement de Bivol contre Castillo de combat de « mise au point », d’autres ont dit que c’était juste pour que Bivol reste « occupé. » La réalité est que ce jumelage était tout simplement décevant pour un combattant de sa trempe, doté aujourd’hui d’une pareille fiche (17-0, 11 KO). Mais il paraît qu’il va mettre les bouchées doubles après son combat du mois d’avril [contre un adversaire qui reste encore à déterminer.] Espérons-le. Car même lui commence à s’en rendre compte.

« Oui, tout ne se passe pas comme prévu avec la division des mi-lourds. Je me sens un peu à l’extérieur », a déclaré Bivol. « Mais je sais pourquoi. Top Rank avait trois combattants qui détenaient chacun une ceinture, et ils ont voulu en faire un champion [Beterbiev]. Et je comprends que Canelo ait voulu un grand combat, un grand nom comme Sergey Kovalev. »

« Je comprends cela. J’ai juste besoin de patience, de rester occupé, et être prêt pour développer ma carrière », a-t-il poursuivi.

Quelques semaines seulement avant le combat, Castillo (20-3-1, 15 KO) n’était même pas dans le top 15 de la WBA, ce qui signifie qu’il n’était pas techniquement admissible à se battre pour cette ceinture. Mais si vous jetez un oeil au classement WBA qui a été publié le 30 septembre, Castillo a été soudainement placé comme un candidat au 15ème rang. Alors, comment en sont-ils arrivés là? Mystère.

« Nous sommes passés par de nombreuses options, et beaucoup d’entre eux ne voulaient pas combattre Dmitry, parce qu’ils avaient d’autres obligations, ou ont été blessés ou quelque chose comme ça », a déclaré Vadim Kornilov, qui fait partie de l’équipe de direction de Bivol. « Il n’y avait donc absolument personne de disponible. »

Les explications qu’en donne l’équipe de Bivol ont l’air d’être tout ce qu’il y a de plus transparent. C’est clair, c’est massif et il n’y a rien à y redire. Mais on peine à croire à des arguments pareils.

Kornilov dit qu’ils ont parcouru le classement WBA dans tous les sens au cours de l’été, de haut en bas, essayant d’inciter un concurrent puis un autre à accepter un affrontement contre Bivol. Selon eux, certains n’étaient pas disponibles, tandis que d’autres n’étaient pas des options réalistes.

Pour approfondir la raison qui a fait que des combats avec des boxeurs sérieux du top 15 de la WBA ne se sont pas déroulés, voici comment, selon l’équipe de Bivol, chaque boxeur a été (ou n’a pas été) approché, étape par étape, directement par l’équipe de Bivol, du promoteur de Matchroom, Eddie Hearn, dans certains cas, aux promoteurs de l’autre côté de l’équation.

Candidat n°1 de la WBA: Jean Pascal (35-6-1, 20 KO)

Dmitry Bivol a battu Jean Pascal par décision unanime en novembre 2018. En ce qui concerne ce gars, qui a mérité cette place en bouleversant Marcus Browne au cours de l’été, Kornilov a expliqué: « Ils ont d’abord dit qu’ils ont un match revanche obligatoire avec Browne. Deuxièmement, Dmitry a battu Pascal dans un combat unilatéral. » Kornilov a déclaré que Pascal n’était même pas envisagé pour cette date.

WBA n°2: Felix Valera (18-3, 15 KO)

Valera a terminé deuxième de la WBA. C’est un autre boxeur que Bivol a déjà battu lors de son septième combat professionnel. « Il n’y a donc aucune raison de le faire encore une fois », a déclaré le manager. Valera a perdu contre Vyacheslav Shabranskyy par DQ lors du huitième et dernier tour de leur combat sur la carte Tyson Fury-Otto Wallin à Las Vegas, le 14 septembre, en raison d’une série de coups bas plus que louches.

WBA n°3: Joshua Buatsi (12-0, 10 KO)

L’espoir montant, Joshua Buatsi, a éliminé Ryan Ford avec un KO au septième tour en août, et bien qu’un combat contre Bivol puisse être prématuré, une date en novembre contre son compatriote du Top 10 Blake Caparello pourrait se concrétiser.

Buatsi, du Royaume-Uni, est un combattant talentueux et invaincu, et cette confrontation sera très attendue un jour. « Nous sommes prêts à le combattre à tout moment », a déclaré Kornilov.

« C’est un peu le genre de situation entre Kovalev et Yarde, avant que les deux gars ne se retrouvent dans le ring », a déclaré Hearn, qui fait la promotion de Bivol et Buatsi. « Donc, faire ce saut avec une si bonne perspective serait une mauvaise gestion, à mon avis. » Autrement dit, le risque est double pour le gourou de Matchroom.

WBA n°4: Dominic Boesel (30-1, 12 KO)

L’Allemand Boesel a refusé de se battre avec Bivol dans le passé. Mais Kornilov a admis: « Je ne sais vraiment pas s’il est un adversaire digne ou un gars qui n’a aucun sens. »

WBA n°5: Marcus Browne (23-1, 16 KOs)

WBA n°6: Sven Fornling (15-2, 7 KO)

Ensuite, il y a Fornling, dont Kornilov dit: « On a essayé de négocier avec lui. Je ne sais pas exactement ce qu’il s’est passé pour qu’il arrête de discuter. »

WBA n°7: Jesse Hart (26-3, 21 KO)

Fornling est suivi de Hart, qui vient tout juste de passer chez les mi-moyens.

« On n’a pas discuté avec lui, et je ne sais toujours pas s’il est disponible », a déclaré Kornilov. « Il est avec Top Rank, il se bat sur ESPN, donc ce n’est peut-être pas le combat le plus facile à faire. »

« Ils n’ont jamais tendu la main », a dit Carl Moretti, vice-président des opérations de boxe pour Top Rank.

WBA n°8: Charles Foster (19-0, 9 KO)

Il semblait que Foster était le partenaire de danse idéal pour Bivol, « jusqu’à ce que Mère Nature intervienne », commente Kornilov.

« On lui a offert un très gros salaire pour le combat. Nous étions en négociations avec lui durant probablement deux semaines et après un certain temps, on m’a dit qu’il avait des problèmes à cause de l’ouragan là-bas en Floride et que sa salle de gym était inondée. On n’a rien compris. Et en fin de journée, quand on l’a rappelé, il ne voulait plus du combat. »

L’équipe de Foster propose une explication différente.

« Oui, il a reçu l’offre », a déclaré le promoteur de Foster, Ken Casey de Murphys Boxing. « Mais c’était un court préavis et l’entraîneur de Foster était parti en vacances. Il n’aurait donc pas pu s’entraîner pour le combat, car il n’a été autorisé à boxer qu’une semaine avant le combat en raison d’une coupure dû à un coup de tête durant son affrontement en août [contre Denis Grachev]. Il aurait adoré faire ce combat si on lui avait donné la chance de le faire lorsqu’il était en bonne santé. »

Enfin, Hearn a donné son propre point de vue sur le déroulement des négociations.

« Foster a demandé une somme d’argent ridicule, nous la lui avons donnée », a déclaré Hearn. « Le manager a dit ensuite: « D’accord, super », et il est revenu un jour plus tard et a dit: « Je suis vraiment désolé, mais il ne le prend pas. »

WBA n°9: Blake Caparello (30-3-1, 13 KO)

« On lui a offert le combat, et c’était une option », a déclaré Kornilov, « mais il va combattre Buatsi dans un éliminatoire. »

WBA n°10: Umar Salamov (25-1, 19 KO)

En ce qui concerne Salamov, Kornilov était assez direct.

« Pour autant que je sache, ce n’était pas l’option la plus séduisante pour eux de placer deux Russes avec un Ukrainien [Oleksandr Usyk] comme événement principal », a déclaré Kornilov. « Cela n’a pas beaucoup de sens d’avoir plusieurs gars soviétiques sur la même carte. »

WBA n°11: Badou Jack (22-3-3, 13 KO)

WBA n°12: Callum Johnson (18-1, 13 KO)

Johnson a été déclaré et jugé indisponible, et Hearn l’a confirmé. « Nous lui avons offert le combat Bivol, mais Bivol a été opéré à l’épaule, donc il n’était pas prêt », a déclaré Hearn.

WBA n°13: Craig Richards (15-1, 8 KO)

Kornilov a admis ceci en ce qui concerne Richards, « je ne sais pas qui c’est, pour être honnête avec vous. »

WBA n°14: Mathieu Bauderlique (19-1, 10 KO)

Quant à Bauderlique, un combat contre Bivol n’a jamais été négocié.

WBA n°15: Igor Mikhalkin (23-2, 10 KO)

Pour compléter les choses, Igor Mikhalkin était 15ème dans le classement de la WBA à la fin de l’été, avant que Castillo ne le supplante mystérieusement.

« Cela n’avait aucun sens de faire un combat eux sur une carte comme celle-ci », a expliqué Kornilov. « Mikhalkin n’avait pas l’air si bien contre Kovalev, et Bivol et lui se connaissent, ils sont très amis. Ce n’était pas la meilleure option. »

« Nous avons exploré cela mais ils voulaient beaucoup trop d’argent », a dit Bottjer. « Ils se sont retirés du combat. »

Quand Castillo a reçu l’appel pour affronter Bivol, il était en train de se préparer pour le tournoi MTK des mi-lourds. « Ce n’est pas comme s’il descendait du canapé, » a souligné Bottjer.

Bivol n’est pas amer de sa situation actuelle. Il a une bonne compréhension de la dynamique de l’industrie de la boxe alors qu’il n’a que 28 ans, ce qui fait de lui le plus jeune champion chez les mi-lourds. Dans une situation comme celle-ci, Bivol se bat peut-être contre lui-même. Cette épreuve est un test de son professionnalisme et de sa patience dans le sport. C’est en tout cas ainsi qu’il voit les choses.

« L’essentiel est que je doive être en bonne forme et m’entraîner, m’entraîner et encore m’entraîner », a déclaré Bivol, après ses jours de formation à la Combinations Boxing Academy de Lakewood, en Californie.

On verra d’ici le 28 mars, quand Beterbiev en aura fini avec le Chinois Fanlang Meng, si Bivol accepte de débouchonner son stylo bleu et signer pour un combat entre eux au mois d’août.


A LIRE : Le vrai du faux sur ceux qui ont évité (ou pas) Dmitry Bivol[7/02/2020]

A LIRE : Artur Beterbiev vs Dmitry Bivol sera signé après la lutte Beterbiev-Meng le 28 mars [6/02/2020]

A LIRE : Dmitry Bivol et Oleksandr Usyk donnent l’avantage à Fury contre Wilder [3/02/2020]

A LIRE : Artur Beterbiev vs Dmitry Bivol possible en août à Saint-Pétersbourg [2/02/2020]

A LIRE : Eleider Alvarez attend avec impatience l’épreuve de force contre Joe Smith Jr. [22/01/2020]

A LIRE : Le manager de Dmitry Bivol considère Gilberto Ramirez comme l’adversaire idéal [19/01/2020]

A LIRE : Combat risqué pour Eleider Alvarez contre le dangereux Michael Seals, ce soir sur ESPN [18/01/2020]

A LIRE : Edwin Rodriguez vs Michael Seals, grosses fusillades et KO à la pelle, 13 nov 2015 [vidéo] [18/01/2020]

A LIRE : Eddie Hearn veut un combat entre Badou Jack et Dmitry Bivol pour un titre mondial [6/01/2020]

A LIRE : Dmitry Bivol vise Gilberto Ramirez pour 2020 [25/12/2019]

A LIRE : Andre Ward avertit Canelo Alvarez: « Reste à l’écart de Beterbiev et Bivol » [1/12/2019]

A LIRE : Dmitry Bivol contre Sullivan Barrera – Analyses [4/03/2018]

A LIRE : Andre Ward lance un message à Dmitry Bivol [22/02/2018]


 

4 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s